03 24 35 46 50

L’équipe d’Ardwen

melanie_gregoire

Mélanie

Organise, planifie, dirige et vend… souvent et beaucoup.

geoffrey_stevenin

Geoffrey

Maître brasseur, il élabore des recettes originales et généreuses et apporte un soin particulier à produire chaque jour la meilleure qualité.

sebastien

Sébastien

2ème brasseur, et responsable du conditionnement.

guillaume

Guillaume

Assure le service aux clients et gère toutes les opérations logistiques.

marie

Marie

Sait tout faire, avec le sourire : accueillir, vendre, compter, administrer, contrôler.

matthieu_eme

Matthieu

Commercial tout terrain. Avec passion, il fait découvrir ARDWEN à des clients de plus en plus nombreux.

daniel_guerin

Daniel

Fondateur de la brasserie, il anime le réseau des relations locales et participe à toutes les tâches quotidiennes utiles.

laurent_jubert

Laurent

Préside, investit, gère, et développe les nouveaux territoires en France et à l’export.

Un peu d’histoire…

Les Ardennes, terre de longue tradition brassicole, ont accueilli jusqu’à 230 brasseries faisant des Ardennes, au début du XXème siècle, un des premiers départements brassicoles français.
Les brasseries étaient, pour la plupart, de petite taille et toujours guidées par le souci de préserver la grande qualité de leurs productions.
Les deux guerres mondiales ont été fatales, beaucoup de brasseries n’ont pas survécu aux réquisitions et confiscations du cuivre par l’occupant allemand.
Par la suite, les évolutions technologiques qui nécessitaient des investissements importants et la concentration industrielle, ont eu raison des 21 brasseries encore en activité en 1946. La dernière, la plus importante et la plus connue, La Grande Brasserie Ardennaise de Sedan a cessé sa production en 1970.
C’est en 2003 qu’une équipe d’Ardennais, amoureux de la bonne bière et animés du désir de faire renaître cette tradition brassicole a formé le projet d’ARDWEN, brasserie artisanale héritière du savoir faire de plusieurs générations de brasseurs ardennais. En 2006, tout était prêt pour brasser et conditionner la première ARDWEN Blonde qui était récompensée, dès février 2007, par une médaille d’Or au Concours Général de Paris.
Renouer avec une tradition, c’est d’abord revenir à des recettes et des savoir-faire éprouvés. C’est aussi renouer avec un public, celui des amateurs de la bonne bière des Ardennes et lui proposer une bière artisanale de qualité, déclinée dans ses différentes saveurs : blonde, ambrée, blanche, triple, cerise…
C’est enfin accueillir le progrès et les nouvelles techniques, chaque fois qu’elles peuvent garantir que la qualité sera toujours au rendez-vous.

Le brassage, tout un art !

ARDWEN, brasseur de qualité

Pour faire de la bière, c’est simple. Il faut des céréales, du houblon, de l’eau, de la levure… et des équipements : chaudiéres, cuves, filtres… Chaque ingrédient et chaque étape sont essentiels, ils contribuent, chacun, à la création des arômes et à la finesse de la bière.

Pour les scientifiques, la bière est une  boisson alcoolisée obtenue par la transformation de matières amylacées par voie enzymatique et microbiologique.

« Ce qu’il y a de formidable avec les bières ARDWEN, c’est que quel que soit la bière de la gamme que vous dégustez, vous retrouvez toujours  » la patte » du brasseur. Ce sont des bières artisanales de tradition ardennaise, de fermentation haute et refermentées en bouteille.
Elles ont toutes l’ADN ARDWEN : Une mousse fine et généreuse avec des bulles moyennes régulières, une couleur jamais tranchée, plutôt translucide et d’une belle densité. Un nez agréable mais réservé qui n’exprime sa complexité qu’aux odorats qui prennent leur temps, une bouche qui étonne parfois mais toujours rafraîchissante et c’est ce que l’on attend tout d’abord d’une bonne bière! »

Hervé Marizou

Bièrologue

champ de blé

Le malt

Plus simplement, les matières amylacèes, ce sont des malts d’orge ou de blè.
Le maltage consiste à reproduire, en l’accélérant, le développement du grain d’orge au moment de sa germination pour qu’il transforme son amidon en sucre. Le sucre, par fermentation produira de l’alcool. Les grains sont à trempés et légèrement chauffés pour qu’ils germent, et séchés à chaud pour bloquer le processus. Les conditions de ce dernier coup de chaud vont plus ou moins torréfier le malt ce qui va déterminer la couleur de la robe de la bière et ses arômes. Chez ARDWEN, les différents malts proviennent d’une malterie proche de l’usine qui transforme plusieurs variétés d’orge produites localement. Ils sont choisis avec le plus grand soin pour donner à chaque bière un goût incomparable.

L’eau

Pas de bonne bière sans une bonne eau. La qualité de l’eau est prépondérante, elle doit être totalement pure, exempte de pollution ou de produits nettoyants, juste assez chargée en sels minéraux et de qualité constante. ARDWEN utilise une eau de source qui garantit, par sa pureté, une fermentation alcoolique optimum.

Le houblon

Les fleurs femelles de cette longue liane sont réduites en poudre et mélangées au  moût  avant l’ébullition pour donner à la bière arômes et amertume. Mais le houblon a aussi des qualités aseptisantes et permet à la bière de se conserver plus longtemps. ARDWEN maintient un houblonnage important et varié, gage de bières artisanales typées. Avec le houblon, peuvent être ajoutés d’autres éléments aromatiques, épices, liqueurs, jus de fruit (cerise)…selon les gouts recherchés.

ARDWEN, l’artisan du goût

Disposant, donc, de matières premières de qualité, le maître brasseur ARDWEN va les assembler pour réaliser à l’issue d’un long processus de près de deux mois, précis et minutieux les différentes variétés de bière de la gamme ARDWEN.
Le concassage, l’empâtage et le brassage
Les grains d’orge maltés sont passés dans un moulin pour obtenir une farine grossière qui sera mélangée à l’eau de source. Cet « empâtage » permet d’obtenir la « maische » qui va être « brassée » c’est-à-dire infusée à différents paliers de température. Le secret des brasseurs est là, chaque bière a sa recette qui correspond à des temps et à des températures d’infusion. Le brassage permet aux sucres contenus dans le malt d’être complètement dissous dans l’eau.
Après filtration de ce mélange, on obtient d’un côté un « moût », liquide sucré qui va être envoyé à la fermentation et de l’autre la « drèche » qui est recyclée pour nourrir le bétail.
L’ébullition, la décantation, la fermentation
Ce « moût » sucré auquel vont être rajoutés quelques pincées de houblon et éventuellement d’épices est porté et maintenu à ébullition pendant une heure et demie. Après décantation et refroidissement à environ 25°, le moût clair, parfaitement stérile et houblonné est oxygéné pour permettre le travail des levures.
Ensemencé avec des levains et placé en cuve de fermentation, le moût va se transformer et produire alcool et composés aromatiques.
Chez ARDWEN, cette étape fait l’objet de toute l’attention de Geoffrey Stévenin, notre brasseur : le levain utilisé est composé de levures « hautes » pour être fidèle à la longue tradition des brasseries artisanales ardennaises et à la différence des bières industrielles. La « fermentation haute » est plus délicate et doit se faire en douceur à plus de 20°C et dure plusieurs jours. Les levains vont migrer vers la surface du brassin, d’où le nom de « fermentation haute ». Puis le brassin est stocké à froid pendant quelques jours pour permettre la décantation, l’affinage et l’éclaircissement. Cette clarification n’est cependant pas complète pour les bières blanches qui présentent toujours un léger trouble. Un filtrage final par centrifugation va produire une bière limpide et brillante.
Le soutirage et le conditionnement
La bière est presque finie. D’un degré d’alcool plus ou moins élevé selon la concentration du moût, d’une couleur plus ou moins ambrée selon les malts, plus ou moins claire selon la décantation et la filtration, c’est encore un liquide « sage » c’est-à-dire non pétillant. Maintenu hors de tout contact avec l’air pour éviter toute contamination – les bières ARDWEN ne sont pas pasteurisées- la bière est stockée à 0°C pour l’affiner. A l’issue de cette période de garde, elle est conditionnée après rajout de sucre et levure pour une deuxième fermentation en bouteille. Cette nouvelle fermentation va assurer la gazéification et une meilleure conservation, un dosage précis permettant une mousse fine et permanente. Les bouteilles sont conservées quinze jours à une température constante de 25°C pour parfaire cette dernière étape.
Chez ARDWEN, toutes nos bières sont dites « sur lie » : avec la re-fermentation naturelle en bouteille, il reste toujours un résidu de levain au fond de la bouteille.

Nous vous invitons à apprécier le résultat de tout ce travail de précision en consultant les pages qui présentent chaque bière de notre gamme. « onglet : NOS BIERES »
Nos bières se dégustent avec les yeux, le nez et le palais.

 

Show Buttons
Hide Buttons